trouvaille-590

Point zéro : Dans les terres de Périllos serait un tombeau fermé d'une pierre ronde, ayant pour voisin un autre tombeau légèrement moins prestigieux. Si les personnes supposées reposer dans ces tombeaux ne sont jamais directement nommées pour telles, nous ne pouvons qu'être obligés de savoir que ce sont Jésus Christ et Joseph d'Arimathie, puisque Saunière nous le dit et Courtade aussi. De nombreuses hypothèses et références dans les écrits nous poussent aussi discrètement que fermement dans cette même direction.

Mythiques, parce que normalement de point zéro, il ne devrait y en avoir qu'une représentation. Mais à Périllos, ce n'est pas le cas, elles se succèdent. Et les histoires validant ce point zéro, s'avèrent après étude n'être que contes et légendes, les courriers de Saunière, qui leur donnaient leur "valeur" sont bien trop évolutifs et les écrits des registres du notaire Courtade impossibles historiquement. (voir ces articles dans ce blog).

Nous avons bénéficié pendant des années de la diffusion d'une photo d'un magnifique point zéro en conférence pour preuve de la découverte. Si cela fut ensuite contesté, nombreux en furent témoins et ceci est confirmé dans ces articles sur internet : http://www.societe-perillos.com/maquette_89a.htm ou encore http://www.societe-perillos.com/rlc_cim_5.html, paragraphe : "où il est question d'un ange et d'une maquette". "Or… ceux qui ont pu voir la photographie du lieu sur un site vers Périllos, marqué sur la maquette de BS « tombeau du Christ »...",

La supercherie fut découverte, sans appel ni contestation possible. Vous le trouverez dans ce blog à l'article "Curiosités géologiques d'Opoul".

Il fut allégué une mesure défensive : comme tout le monde le chercherait, par protection, pour ne pas se faire voler la découverte, il en montrait un faux. N'aurait-il pas été préférable, dans ce cas, de dire que le site ressemblait à la photo montrée plutôt que de s'en servir comme une preuve de son existence et de sa découverte en suivant les indications de la maquette attribuée à Saunière ? Maquette par laquelle sont suggérés les locataires des dits tombeaux sans jamais avoir à le formuler.

Sachant maintenant que ce tombeau est souterrain, qui aurait pu le trouver à la vue d'une simple photo ? Il n'y avait pas plus de chances de le trouver que de tomber fortuitement dans un souterrain. Alors pourquoi montrer une fausse entrée de tombeau pour protéger la trouvaille puisque ce n'était pas la photo de l'entrée du souterrain qui était montrée. Là et seulement là, l'excuse invoquée aurait pu être d'actualité.

Et une nouvelle photo du point zéro fut publiée. Mais comment cette photo pourrait-elle servir de preuves après l'exploitation d'une photo qui n'était qu'un fake qui a perduré des années. D'autant que ce que l'on voit ressemble plus à un décor de théâtre bien trop propre qu'à un tombeau datant de plusieurs siècles. Pourquoi montrer un tombeau aux pierres récurées au lieu de le faire voir tel que découvert ? D'autant que d'un point de vue archéologique cela serait aussi regrettable que discutable.

Des dizaines de tombeaux très anciens ont déjà été retrouvés un peu partout en France sans que cela ne soulève le moindre mystère (ni ne coûte 50 000 euros pour le voir §). Et sur internet nous pouvons trouver de nombreuses photos de pierres rondes scellant un lieu, alors pourquoi en parler pendant des années, publier tant et tant de livres, articles, revues, participer à des documentaires, des conférences et n'avoir jamais approché d'organisme public pour faire recenser ce lieu officiellement ? Qui aurait pu en voler la paternité après tous ces écrits ?

Tout ceci n'est que questions sur lesquelles nous vous laissons réfléchir. Mais puisque les courriers dits de Saunière ont subi une étrange évolution et une multiplication spontanée dans une même enveloppe rendant difficile de croire en leur véracité, que les écrits du notaire Courtade ne peuvent historiquement être acceptés et n'ont jamais été vus, nous pouvons être certains d'une chose, les locataires suggérés en se servant de Saunière, de Courtade et de Ramon de Perellos y Roccaful (par un anachronisme historique majeur), perdent toute leur aura quand bien même des tombeaux existeraient à Périllos. Ce qui n'aurait rien de surprenant en soi, ni rien de particulier.

Bibliographie :

http://www.societe-perillos.com/maquette_89a.htm

http://www.societe-perillos.com/rlc_cim_5.html

http://www.societe-perillos.com/bouchon2.htm du 28 06 2010 Nouvelle photo

 § http://www.societe-perillos.com/charter.htm 11 06 2011

Du trésor au vertige, documentaire de Georges Combe, Katana production, 2003

Les grandes escroqueries par maître Collard, N°4, Gérard de Sède, de Rennes-le-Château au Da Vinci code, 2010